Author picture

Question écrite sur les conséquences de Parcoursup pour le déroulement de la Terminal

M. Hendrik Davi interroge Mme la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche sur les conséquences du fonctionnement de Parcoursup sur le déroulement de l’année de terminale. Le calendrier des examens pour la session 2023 a été publié au bulletin officiel du 22 septembre 2022. Les épreuves des deux spécialités du baccalauréat général auront lieu les 20, 21 et 23 mars 2023 et cela malgré les demandes répétées des organisations syndicales représentant les professeurs du secondaire de reporter ces épreuves en juin. Avec ce calendrier, l’année est partagée en deux : au cours des deux premiers trimestres, les élèves et les enseignants sont soumis à une véritable course contre la montre pour boucler la partie du programme qui sera évaluée et s’entraîner à des épreuves de 3 ou 4 heures ; au cours du dernier trimestre, après les épreuves, il reste à aborder une partie du programme qui ne sera jamais évaluée, ce qui peut pousser les élèves à se démobiliser. Si le ministre de l’éducation nationale a décidé de maintenir ce calendrier absurde, c’est pour une seule raison : la volonté de prendre en compte les notes de ces épreuves dans la procédure de sélection Parcoursup. La loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants (loi ORE) de mars 2018 a mis en place une sélection généralisée à toutes les filières de l’enseignement supérieur et à tous les bacheliers. Ce faisant, elle conduit à ce que le calendrier de l’année de terminale soit en grande partie déterminé par la procédure Parcoursup et non plus par des objectifs pédagogiques. Au nom de la sélection, c’est donc toute l’organisation et la qualité des enseignements du lycée général qui sont dégradées. Les députés de la Nupes proposent de créer de nouvelles places dans l’enseignement supérieur pour répondre aux besoins et mettre fin à la sélection à l’université. Il lui demande donc ce qu’elle compte mettre en œuvre pour lever les contraintes qui pèsent sur l’enseignement au lycée à cause de la procédure Parcoursup.

Partager cet article :